Trois caractéristiques de base d'une CoPeR

 

1. Engagement mutuel

Rapport d’entraide entre les participants nécessaire au partage de connaissances sur la pratique ou de concepts théoriques, notions et idées qui découlent du travail effectué.

2. Répertoire partagé

Le répertoire partagé d’une CoP, c’est ce qu’elle sait, ce qu’elle fait, comment elle le fait et ce que sont ses nouvelles façons de faire des choses. Ce répertoire reflète son passé, son présent et à l’horizon se profile son avenir.

Ce qui importe, c’est que les éléments de ce répertoire aient été négocié entre certains participants à tout le moins.  Sinon, le répertoire sera constitué de pièces éparses accumulées. Bien entendu, dans les premiers temps d’une CoPeR, des personnes y mettront des pièces venant de leur pratique antérieure ou courante. Il importera alors de fournir une rétroaction, d’expérimenter, de consolider …

Un répertoire partagé peut contenir nombre de documents créés par la CoPeR. C’est ce qui définit son identité, voire sa façon propre d’exercer une pratique.

3. Entreprise commune

Pratique que les participants de la communauté partagent, incluant leur processus collectif permanent de négociation du comment mieux faire dans cette pratique. Il s’agit de la définition commune des objectifs conceptuels qui sont partagés et qui seront mis au profit des pratiques au sein de l’organisation.

Faire des contributions qui s’inscrivent dans la raison d’être de la CoP soit la pratique communément partagée pas ses membres.

Source: CoPeR en ISPJ (2006)